Pneumonie inconnue en Argentine : c'est quoi ?

Des cas de pneumonie sévère « d’origine inconnue » ont été rapportés à Tucuman, dans le Nord-Ouest de l’Argentine, a indiqué le Dr Luis Medina Ruiz, ministre provincial de la Santé, en conférence de presse le 1er septembre 2022. Ces cas pour l’instant « très localisés » inquiètent les autorités sanitaires. A date, 9 cas ont été enregistrés, dont 8 membres du personnel soignant de la clinique privée de San Miguel de Tucuman et une patiente de 70 ans opérée dans ce même établissement. 3 décès sont à déplorer : 2 membres du personnel soignant et la patiente de 70 ans. A priori, tous avaient des comorbidités ou des facteurs de risque comme des antécédents de maladies respiratoires, le tabagisme, une obésité ou un diabète. Selon les premières analyses des échantillons, il ne s’agirait ni du Covid, ni d’une grippeAlors que sait-on de cette pneumonie ? Quels sont les symptômes décrits ? Que peut-on craindre ? Etat des lieux à date.

C’est quoi la pneumonie observée en Argentine ?

La maladie rapportée chez plusieurs personnes dans la clinique privée de Tucuman est évocatrice d’une pneumonie aigüe, une infection respiratoire aiguë affectant les poumons. Elle est souvent due à une bactérie ou à un virus mais pour l’instant, son origine n’a pas été déterminée. Elle semble bilatérale, autrement dit, toucher les deux poumons. 

Combien de cas de pneumonie mystérieuse ?

Pour le moment, les cas de pneumonie mystérieuse n’ont pas dépassé les murs de la clinique privée de Tucuman. Aucun cas n’a été rapporté en dehors de cet établissement. Il s’agit d’adultes. A la date du 2 septembre 2022 :

Carte de Tucuman en Argentine
Carte de Tucuman en Argentine © Google Maps
  • 9 personnes ont présenté des symptômes de pneumonie entre le 18 et le 23 août 2022. Tous les cas ont été placés en isolement, certains à l’hôpital d’autres à leur domicile quand leur état de santé le permettait. 
  • Parmi les 9 cas, 3 sont décédés : 2 membres du personnel et une patiente, qui avait été « hospitalisée et opérée pour un problème de vésicule biliaire, et réopérée deux fois. Dès lors, une maladie pulmonaire infectieuse est survenue, dont la date coïncide avec l’apparition des symptômes chez les autres patients, vers le 20 août« , décrit le ministre. Cette patiente pourrait « en principe être la  »patiente zéro », mais cela reste encore à confirmer.

Une « recherche intense de tout le personnel de santé » de la clinique a été lancée pour suivre l’évolution de cette épidémie localisée. Néanmoins, la situation semble sous contrôle car a priori, « il n’y a aucun patient qui a un lien épidémiologique avec les malades. Concernant le groupe de contact rapproché, les personnels qui partageaient l’espace de travail, qui étaient une vingtaine de personnes, sont suivis de près. Le plus important est que si quelqu’un a eu une relation de travail pendant ces jours avec ces patients et présente des symptômes, il se présente à nos services de garde et le signale », indique le ministre de la Santé.

Quels sont les symptômes de cette mystérieuse pneumonie ?

Selon le ministère de la Santé, il s’agirait d’une pneumonie bilatérale (concernant les deux poumons) avec des caractéristiques cliniques communes et un même foyer d’origine. Les patients touchés présentaient des symptômes plus ou moins graves :

  • Une forte fièvre
  • Un état respiratoire sévère (difficultés respiratoires, toux…)
  • Des vomissements
  • Une diarrhée
  • Des courbatures

En principe, tous les patients avaient un certain type de comorbidités, comme : le tabagisme, une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), des antécédents de symptômes respiratoires, l’obésité, le diabète ou l’hypertension artérielle.

Schéma d'une pneumonie
Schéma d’une pneumonie © sabelskaya – 123RF

Quelle est la cause possible de cette mystérieuse pneumonie ?

Les pistes du Covid, d’une infection à un Hantavirus, de certaines souches de Legionella ou de la grippe ont pour l’instant été écartées

« Son étiologie (sa cause, ndlr) n’a pas encore été trouvée« , répond le Dr Ruiz. Parmi les causes possibles et avancées par le ministre provincial de la Santé : un agent infectieux, des causes toxiques, ou environnementales. Dans ce contexte, des analyses sont en cours sur l’eau et les systèmes de climatisation de la clinique. En revanche, les pistes du Covid, d‘une infection à un Hantavirus ou de certaines souches de Legionella ont pour l’instant été écartées (les tests de diagnostic menés sur des échantillons prélevées ont tous été négatifs). Idem pour la piste de la grippe (virus de l’influenza de type A et B). « Nous ne laissons aucune hypothèse fermée, nous avons plus de trente germes possibles capables de les détecter et ils donnent des résultats négatifs, mais nous devons également tenir compte du fait qu’il peut souvent y avoir une prise antérieure d’antibiotiques pouvant masquer le étiologie. Nous continuons à réaliser le protocole de recherche pour les hémocultures, les cultures de crachats, les cultures d’urine et tous les virus et bactéries dont nous disposons dans la province », a-t-il ajouté. Des examens approfondis sont en cours au laboratoire argentin de référence, l’Institut Malbran à Buenos Aires. Les résultats sont attendus dans les prochains jours. 

Cette pneumonie est-elle contagieuse ?

A priori, « il ne s’agirait pas d’une maladie qui entraîne une transmission de personne à personne, du fait que les contacts étroits de ces patients ne présentent aucun symptôme », a expliqué Hector Sale le président du Collège médical de la province de Tucuman, mercredi 31 août. 

Quel est le traitement de cette mystérieuse pneumonie ?

Des diagnostics sont menés chez les personnes hospitalisées pour essayer de déterminer au mieux le type de germe ou de bactérie et afin d’adapter au mieux le schéma antibiotique. Une oxygénothérapie a parfois été nécessaire.

Source : El ministerio de Salud Pública informó sobre la situación sanitaria del brote de neumonía bilateral, 1er septembre 2022, Ministerio de Salude Publica. 


Source : JDF Santé