Létrozole : indications, nom commercial, dangereux ?

Définition : c’est quoi le létrozole ? 

Létrozole est un médicament antihormonal utilisé dans la prise en charge de certains cancers du sein chez les femmes ménopausées. Il appartient à la classe des antinéoplasiques et immunomodulateurs. Il agit en empêchant l’action d’une enzyme, l’aromatase, responsable de la production des estrogènes chez les femmes ménopausées. L’aromatase agit sur les androgènes (androstènedione et testostérone) qu’elle transforme en estrone et estradiol. L’action du létrozole sur l’aromatase est très spécifique, c’est-à-dire que ce médicament n’agit pas à d’autres niveaux de productions hormonales. Son action sur l’aromatase est restreinte aux productions d’estrogènes au niveau des tissus périphériques et de la tumeur elle-même. Son utilisation ne nécessite pas de supplémentation en glucocorticoïdes ni en minéralocorticoïdes.

Quels sont les médicaments contenant du létrozole ? 

Les médicaments contenant du létrozole sont le Femara® et ses génériques Létrozole commercialisés par les laboratoires Accord Healthcare, Almus, Alter, Arrow lab, Biogaran, Bluefish, Cristers, EG, Evolugen, Mylan, Sandoz, Sun, Teva, Zentiva et Zydus. Ces médicaments sont tous dosés à 2,5 mg et se présentent sous forme d’une boîte de 30 comprimés pelliculés.

Quelles sont les indications du létrozole ? 

Le létrozole est indiqué dans le traitement du cancer du sein invasif à un stade précoce chez la femme ménopausée avec des récepteurs hormonaux positifs, en prolongation du traitement du cancer du sein hormonodépendant invasif chez la femme ménopausée ayant reçu un traitement par tamoxifène pendant 5 ans, en traitement de première intention du cancer du sein hormonodépendant à un stade avancé chez la femme ménopausée, en traitement du cancer du sein à un stade avancé après rechute ou progression de la maladie chez la femme ménopausée (ménopause naturelle ou artificielle) ayant été traitée par des antiestrogènes, et en traitement de la femme ménopausée avec des récepteurs hormonaux positifs présentant un cancer du sein HER-2 négatif lorsque la chimiothérapie n’est pas adaptée et que la chirurgie immédiate n’est pas indiquée. Le létrozole n’est pas un traitement adapté aux femmes atteintes d’un cancer du sein avec des récepteurs hormonaux négatifs. Il n’est pas non plus indiqué pour traiter les cancers du sein masculins.

Quel impact sur la fertilité ? 

L’action du létrozole a un impact sur la fertilité et pourrait l’augmenter. Ce médicament agit en diminuant la synthèse d’estrogènes par inhibition de l’aromatase. Chez les femmes non ménopausées, l’inhibition de la synthèse d’estrogènes entraîne une augmentation des taux de LH et de FSH. Or, l’augmentation du taux de FSH stimule la croissance folliculaire et peut ainsi induire une ovulation. Le létrozole est à risque de toxicité sur la reproduction, des cas isolées d’anomalies congénitales ayant été constatés. Des malformations graves peuvent survenir s’il est pris pendant la grossesse. Ainsi, le létrozole ne doit pas être utilisé chez les femmes dont la ménopause n’est pas clairement confirmée. Dans de rares cas, la fonction ovarienne peut se remettre en activité avec un traitement par létrozole, et ce malgré une ménopause avérée avant le traitement. Une contraception efficace est à envisager avec le médecin par précaution.

Est-il disponible avec ou sans ordonnance ? 

Le létrozole est un médicament appartenant à la liste I des substances vénéneuses. Une ordonnance est obligatoire pour pouvoir s’en procurer en pharmacie.

Quels sont les effets secondaires du létrozole ? 

Les effets indésirables les plus fréquents avec le létrozole sont des bouffées de chaleur, des troubles digestifs (constipation ou diarrhée, douleurs abdominales, nausées, vomissements), une hypercholestérolémie, des douleurs osseuses, musculaires et articulaires, de la fatigue, une hypersudation, une modification de l’appétit, une prise de poids, une dépression, une perte de cheveux, des éruptions cutanées, une peau sèche, des hémorragies vaginales, des œdèmes, des douleurs au thorax, des maux de tête et des vertiges. Les autres effets indésirables importants qui peuvent se produire sont des effets osseux tels qu’une ostéoporose et/ou des fractures osseuses, ainsi que des événements cardiovasculaires (dont une hypertension, des palpitations, des AVC et des évènements thromboemboliques). D’autres effets peuvent survenir mais ils sont beaucoup plus rares (infections urinaires, douleurs tumorales, leucopénie, anxiété, irritabilité, somnolence, insomnie, troubles de la mémoire, modification du goût et des sensations, troubles de la vision, difficultés à respirer, toux, bouche sèche, stomatite, troubles du foie, démangeaisons, urticaire, affections cutanées potentiellement graves, tendinites et ruptures du tendon, envies fréquentes d’uriner, sécheresse et pertes vaginales, douleurs mammaires, œdème généralisé, soif, fièvre, sécheresse des muqueuses et perte de poids).

Y a-t-il des contre-indications au létrozole ? 

Il existe quelques contre-indications au létrozole telles qu’une hypersensibilité à l’un des composant du médicament, la pré-ménopause, la grossesse et l’allaitement. Les personnes ayant une intolérance au galactose, un déficit total en lactase ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ne doivent pas prendre ce médicament. Lorsque la ménopause n’est pas certaine, un dosage de LH, de FSH et/ou d’estradiol doit être effectué avant d’instaurer un traitement par létrozole. Une surveillance s’impose chez les femmes ayant une insuffisance hépatique. En cas d’antécédent de fractures osseuses ou d’ostéoporose, une évaluation de la densité minérale osseuse doit être faite avant de débuter le traitement par létrozole, en raison de la diminution du taux d’estrogènes que ce traitement entraîne. Une surveillance devra aussi être assurée durant et après le traitement. En cas d’atteinte d’un tendon, des mesures appropriées doivent être mises en place, le létrozole pouvant dans de rares cas entraîner des lésions voir des ruptures de tendons.

Létrozole et soleil : quel risque ? 

Le létrozole n’est pas un médicament photosensibilisant, c’est-à-dire qu’il n’est pas particulièrement problématique en cas d’exposition au soleil. Toutefois, en raison des troubles cutanés qu’il peut engendrer, ainsi qu’en raison de la fragilisation de la peau à cause du cancer et des autres traitements éventuels, il n’est pas recommandé de s’exposer au soleil. Il est conseillé de se protéger avec des vêtements protecteurs, un chapeau, des lunettes de soleil et un écran solaire à indice supérieur ou égal à 50.

Létrozole et alcool : quel risque ?

Le létrozole n’interagit pas particulièrement avec l’alcool. Toutefois, la prise d’alcool n’est pas recommandée en cas de pathologie en cours et particulièrement en cas de cancer, car cela pourrait retarder la guérison. De plus, l’alcool peut accentuer certains effets indésirables du létrozole tels que l’ostéoporose et les risques osseux, les troubles digestifs, les bouffées de chaleur ou encore les troubles hépatiques (surtout en cas de consommation excessive). Il est donc fortement conseillé de ne pas consommer d’alcool pendant la prise du létrozole, et de manière générale durant toute la prise en charge du cancer du sein.


Source : JDF Santé