Hypokaliémie : les signes et causes du manque de potassium

[Mise à jour le 29 mars 2022 à 11h44] Le 21 mars 2022, Laeticia Hallyday a été hospitalisée en soins intensifs à l’hôpital américain de Neuilly à cause d’une hypokaliémie, selon nos confrères de Closer. L’hypokaliémie caractérise la diminution du taux de potassium dans le sang. Est-ce grave ? Quels sont les signes d’alerte ? Que faire ? Quelles sont les causes fréquentes ? Explications.

Quelle est la définition de l’hypokaliémie ?

L’hypokaliémie désigne une diminution de la quantité de potassium contenue dans le sang, avec une concentration inférieure à 3,5 mmol/l. Elle peut entraîner des conséquences parfois fatales en raison des complications cardiaques ; provoquant des troubles du rythme pouvant être suivis d’un arrêt cardiaque.

Quels sont les signes d’un manque de potassium ?

Les signes de l’hypokaliémie sont neuromusculaires, digestifs et rénaux. En cas d’hypokaliémie modérée, la fatigue est le symptôme le plus fréquent de la carence potassique. On peut également observer des crampes, des myalgies, une faiblesse musculaire, des nausées, de la constipation et des ballonnements intestinaux. Une polyurie (urines fréquentes) et une alcalose métabolique peuvent apparaître. Une hypokaliémie sévère peut provoquer une arythmie cardiaque, perturbation du rythme cardiaque qui affecte sa fréquence, l’intensité des contractions et la régularité: le cœur ayant besoin de potassium pour se contracter ne peut plus assurer ses fonctions. Les manifestations principales de l’arythmie cardiaque sont des palpitations, des étourdissements, un pouls trop lent ou trop rapide, une chute de la tension artérielle, un essoufflement ou des douleurs à la poitrine. Les complications les plus sévères peuvent aboutir à l’arrêt cardiaque et au décès.

Quel est le taux normal de potassium dans le sang ?

Le taux sanguin normal de potassium doit être compris entre 3,5 et 4,5 mmol/l. Ces normes peuvent varier en fonction des laboratoires, et peuvent aller jusqu’à 5 mmol/L.

© 123RF

Quelles sont les causes de l’hypokaliémie ?

Une hypokaliémie peut notamment être liée à une carence d’apport en potassium. Une carence d’apport de potassium s’observe par exemple lors d’anorexie accompagnées de vomissements. Le jeûne prolongé peut également être une des causes d’hypokaliémie. Elle peut aussi être due à des pertes excessives de potassium par les urines ou par le tube digestif. Il peut s’agir de diarrhées aigues et/ou chroniques ou de vomissements abondants. Elle est aussi observée en cas de brûlures étendues. Des médicaments peuvent également provoquer une hypokaliémie. Il s’agit principalement des médicaments diurétiques qui augmentent l’élimination urinaire du potassium, des laxatifs, de l’aspirine, des digitaliques et des corticoïdes au long cours.

Quand consulter ?

Lorsque des symptômes non expliqués par une autre cause persistent, il est nécessaire de consulter un médecin pour réaliser un bilan biologique qui peut mettre à jour une hypokaliémie. Les sujets à risque (traitements au long cours, maladies chroniques, sujets anorexiques) doivent surveiller leur kaliémie régulièrement. En cas de découverte d’une hypokaliémie, un bilan cardiaque est souvent nécessaire et la complémentation est indispensable.

Quels sont les traitements de l’hypokaliémie ?

Il faut avant tout traiter la cause de l’hypokaliémie en plus de la une supplémentation en potassium. Le mode d’administration et la quantité de potassium à administrer dépendent de degré de l’hypokaliémie et des complications cardiaques. Lors de situations ne représentant pas une situation d’urgence, le traitement consiste à consommer des aliments riches en potassium et de rajouter si nécessaire des comprimés de chlorure de potassium.

« Une consommation régulière d’aliments contenant du potassium permet de conserver un taux équilibré. Il s’agit des légumineuses (haricots blancs, lentilles), des légumes (bettes, épinards, pommes de terre, chou, champignons), des fruits (avocats, bananes, abricots, agrumes, cassis) et des fruits secs (noix, amandes, pistaches, dattes, figues). On en trouve également dans la viande, les poissons gras, le chocolat et les céréales complètes » liste le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste. Lors de situations d’urgence, le chlorure de potassium est injecté par voie intraveineuse.

Source : Anomalie du bilan du potassium, CUEN, septembre 2018.

Source : JDF Santé