Etranglement : c'est quoi une strangulation ?

Dans les faits divers, les récits d’accident ou dans les films, on entend parfois parler de strangulation ou d‘étranglement. Mais qu’est-ce que ça signifie ? Quels symptômes ? Quelles conséquences pour une personne étranglée ? Que faire face à une strangulation accidentelle ?

Définition médicale : c’est quoi une strangulation ?

Une strangulation est un étranglement : le fait de serrer la partie avant ou arrière du cou d’un individu. Selon la définition médicale, la strangulation est une constriction du cou qui provoque une asphyxie mécanique par le blocage de la respiration, soit à l’aide des mains, soit à l’aide d’un lien (corde, élastique). En fonction de l’intensité de la pression exercée, elle peut conduire à l’asphyxie et à la mort. La strangulation est surtout volontaire et est effectuée dans le cadre d’un crime, d’une exécution ou d’un suicide (par pendaison), voire au cours d’un jeu érotique. Elle peut également être accidentelle (compression par la chute d’un objet, vêtement happé par une machine, « jeu du foulard », accident sportif au judo par exemple…)

On distingue deux grands types de strangulations :

  • strangulation manuelle (à la main)
  • strangulation au lien (à l’aide d’un objet)

Quels sont les symptômes d’une strangulation à la main ?

Selon le Dr SOUID El-Fareh, Maître de Conférences en Médecine Légale Faculté de Médecine (Sétif), ce type de strangulation est toujours criminel. L’examen externe du corps de la victime mettra probablement en évidence :

  • Des signes de lutte (désordre vestimentaire, ecchymoses et dermabrasions multiples au niveau des membres supérieurs, du visage, de la partie antérieure du tronc…)
  • Des stigmates unguéaux au niveau du cou : ce sont des empreintes semi-lunaires ou allongées, de dimensions centimétriques, souvent parcheminées, imprimées en creux au niveau du cou de la victime par les ongles de l’agresseur
  • Des ecchymoses de forme arrondie (empreintes de la pulpe des doigts)
  • Une fracture de l’os hyoïde observée dans environ 1/3 des strangulations manuelles 

Quels sont les symptômes d’une strangulation au lien ?

Les strangulations au lien sont presque toujours criminelles ou très rarement, il peut s’agir d’actes suicidaires (utilisation de tourniquets ou de liens élastiques, notamment en milieu carcéral ou psychiatrique). Les strangulations accidentelles peuvent se voir dans les jeux érotiques. Dans ce type de strangulation, on retrouve :

  • un sillon cervical qui s’oppose au sillon de pendaison par ses caractéristiques (bas situé, horizontal, complet
  • des ecchymoses du tissu sous cutanée et des muscles sterno-cleidomastoidiens
  • un manchon ecchymotique autour du paquet vasculaire
  • la rupture transversale de la tunique interne de ou des artères carotide
  • des fractures ou luxation de l’os hyoïde, du cartilage thyroïde et cricoïde.

« Aucun de ces signes n’est cependant spécifique, tient à préciser le Dr SOUID El-Farehet. La distinction entre sillon de strangulation et sillon de pendaison pourra parfois se révéler délicate. »

Quelles sont les conséquences d’une strangulation ?

En fonction de la pression exercée sur le cou de l’individu, la strangulation peut provoquer :

  • la fracture de l’os hyoïde (os situé juste au-dessus du larynx)
  • un œdème cérébral (le sang ne peut plus circuler vers le cœur)
  • une ischémie cérébrale (interruption de l’apport en sang et en oxygène)
  • un évanouissement, puis une asphyxie qui peut mener à la mort (par exemple par écrasement du larynx ou de la trachée)

Que faire en cas de strangulation ?

Devant un cas de strangulation accidentelle, il convient de :

► Couper ou desserrer les liens et allonger la personne 

► Appeler les secours en appelant le 15 (SAMU), le 18 (pompiers), le 112 (urgences européennes) ou le 114 (numéro d’appel d’urgence pour les sourds et malentendants

► Libérer les voies aériennes de la victime. Pour cela, basculer légèrement la tête en arrière en posant une main sous le menton, l’autre sur le front

► Vérifier si la personne respire (il faut approcher l’oreille de la bouche et écouter ou sentir le souffle), d’observer son rythme respiratoire (est-ce que la poitrine se soulève et redescend ?). Si la personne est inconsciente et respire, il faut l’installer en position latérale de sécurité (PLS) en attendant les secours. Si la personne est inconsciente et ne respire pas, il faut pratiquer les techniques de réanimation (bouche-à-bouche, réanimation cardiaque). 

Source : Fiche sur la Strangulation du Dr SOUID El-Fareh 


Source : JDF Santé