Bronchite asthmatiforme : cause, durée, traitement

Définition : c’est quoi une bronchite asthmatiforme ? 

« Le terme de bronchite asthmatiforme ne veut rien dire en soi, explique d’emblée le Dr Khuder Alagha, pneumologue. Soit le patient a une bronchite infectieuse, d’origine virale ou bactérienne, avec une respiration sifflante et une gêne respiratoire très marquée, soit il a de l’asthme« . Le diagnostic d’asthme chez l’adulte se base sur l’histoire de la maladie et l’exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) réalisée chez le pneumologue. « Chez l’enfant, l’EFR est difficile à réaliser donc le diagnostic est plutôt clinique avec 3 bronchites sifflantes consécutives. Donc il ne faut pas méconnaitre un diagnostic d’asthme en cas de bronchite sifflante ».

Quels sont les symptômes d’une bronchite asthmatiforme ? 

Les symptômes habituels de l’asthme sont une toux avec sifflement, surtout la nuit (vers 4h du matin), un essoufflement à l’effort et la présence d’hypersécrétions. « La bronchite infectieuse réunit ces trois symptômes, avec en plus de la fièvre, signe d’une infection virale ou bactérienne, poursuit le médecin. Si à l’auscultation, le médecin entend des petits crépitements dans les poumons ou les bronches, une radio ou un scanner pourra être demandé pour confirmer ou non une pneumonie ».

Quelle est la cause d’une bronchite asthmatiforme ? 

Les bronchites infectieuses sont liées à des microbes (virus ou bactérie). « Dans de rares cas, chez des personnes immunodéprimées, des champignons peuvent être impliqués, précise le spécialiste. Elles peuvent être causées par des maladies du système immunitaire également« . L’asthme n’a pas de cause unique : des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux interviennent dans la genèse de cette maladie. « Les crises d’asthme peuvent être liées à des allergènes, des infections respiratoires, des irritants respiratoires (fumée de tabac, pollution de l’air, irritants présents dans le lieu de travail) et parfois, c’est la nature de la maladie asthmatique qu’on l’appelle asthme sévère qui nécessite une prise en charge bien spécialisée« .

Est-ce contagieux ? 

« Les bronchites infectieuses liées à des virus (grippe, Covid…) sont contagieuses ».

Combien de temps dure une bronchite asthmatiforme ? 

Selon le microbe en cause, la bronchite infectieuse peut durer de 5 à 15 jours en général. « L’asthme en revanche est une maladie chronique qui dure à vie. Les traitements permettent de diminuer les récidives de crises et contrôler l’asthme jusqu’à une rémission mais pas de guérison« , précise le médecin.

Qui consulter en cas de bronchite asthmatiforme ? 

« En premier lieu, que ce soit pour une bronchite infectieuse ou pour de l’asthme il faut consulter son médecin généraliste, confirme notre interlocuteur. En cas de bronchites sifflantes à répétition (plus de 2), il faudra alors voir un pneumologue ».

Quel est le traitement d’une bronchite asthmatiforme ?

Le traitement dépend encore une fois de la cause. « En cas de bronchite virale, chez un adulte en bonne santé, aucun traitement n’est nécessaire, observe le pneumologue. La bronchite guérit en temps normal en 10 jours. Pour une bronchite bactérienne, le médecin prescrit généralement des antibiotiques, classiquement à base d’amoxicilline« . On peut également faire baisser la fièvre avec du paracétamol
Concernant l’asthme, il est tout d’abord important d’avoir un bon diagnostic chez un spécialiste avec un interrogatoire précis du patient (fréquence des crises, circonstances de survenue, antécédents familiaux…) et un examen d’exploration fonctionnelle respiratoire. Le traitement, lui, repose sur les recommandations de GINA (Global Initiative for Asthma) qui vise à contrôler la maladie. « A savoir un traitement par voie inhalée, comportant un traitement par bronchodilatateur et corticostéroïde de faible dose est utilisé pour soulager les symptômes et, si nécessaire, un traitement de fond quotidien qui permet d’éviter les crises et de maintenir une fonction respiratoire la plus optimale possible. En cas d’asthme mal contrôlé malgré une prise en charge optimale et une bonne observance, le patient peut bénéficier de biothérapies à base d’anticorps monoclonaux ciblant des molécules impliquées dans la réponse inflammatoire« . La recherche clinique a toujours beaucoup de place dans la prise en charge de l’asthme sévère rebelle. « On ne conseille pas de traitements à base d’huiles essentielles, car les poumons ne savent pas éliminer les lipides. En revanche, il est nécessaire de garder une activité physique régulière et un arrêt du tabac chez les fumeurs« .

1000 décès par an en France sont causés par un asthme aigue grave

Quelles sont les complications possibles d’une bronchite asthmatiforme ?

« Pour une bronchite infectieuse, le risque de complication est la pneumonie et la détresse respiratoire, qui nécessitera une antibiothérapie avec ou sans corticothérapie et pour les personnes les plus fragiles une hospitalisation« , conclut le Dr Alagha. Du coté de l’asthme, en l’absence de traitement, le patient peut évoluer vers un asthme aigu grave. « Il se caractérise notamment par une obstruction très sévère des bronches. L’air ne passe plus. Cela entraîne un effort intense, pour respirer ». Malheureusement on déplore toujours 1000 décès par an en France par un asthme aigue grave, d’où l’importance d’une prise en charge spécialisée. 

Merci au Dr Khuder Alagha, pneumologue à la Clinique du Parc à Castelnau Le Lez (34), pour sa participation.


Source : JDF Santé