Arrêt de travail pour grippe : durée, comment l'obtenir ?

En cas de symptômes grippaux, il s’avére souvent difficile voire impossible de travailler. Dans ce cas, il faut consulter un médecin pour obtenir un arrêt de travail stipulant à votre employeur que votre état de santé ne vous permet pas de travailler. Cet arrêt est-il obligatoire en cas de grippe ? Combien de jours peut-on avoir ? Une semaine ? Infos à connaître.

Peut-on avoir un arrêt de travail ou pas quand on a la grippe ?

Si vous travaillez et que vous ressentez des symptômes sévères de grippe (forte fièvre, fatigue, maux de tête, courbatures), votre médecin traitant peut estimer qu’un arrêt de travail ou « arrêt maladie » est nécessaire. Il faut donc prendre rendez-vous pour le consulter et voir avec lui cette nécessité d’arrêt de travail. Vous devez alors prévenir l’employeur (par téléphone, mail, SMS etc). L’usage veut que cette information soit donnée à l’employeur dans les 48 heures suivant le début de l’arrêt maladie.

L’arrêt de travail est-il obligatoire quand on a la grippe ?

Non, un arrêt de travail n’est pas obligatoire. Sa mise en place dépend de votre état de santé. En revanche, vous devez obligatoirement justifier votre arrêt maladie en adressant à votre employeur le feuillet n°3 du certificat médical établi par votre médecin traitant précisant les dates et motifs de l’arrêt de travail. Vous devez envoyer les feuillets n°1 et n°2 à votre organisme de Sécurité sociale.

Combien de jours d’arrêt maladie en cas de grippe ?

Sur Avis de la Haute Autorité de Santé, l’Assurance Maladie préconise 5 jours d’arrêt de travail en cas de grippe. A l’issue de cette durée « de référence », la majorité des patients est capable de reprendre un travail, indique l’Assurance maladie. Cette durée d’arrêt initial (car il peut être renouvelé si l’état de santé le nécessite) est adaptée selon :

  • l’âge,
  • les comorbidités éventuelles (pathologies chroniques cardio-pulmonaires, rénales …), une surveillance particulière s’impose pour les personnes fragilisées,
  • les complications éventuelles (bronchite, pneumonie bactérienne secondaire…),
  • la sévérité et la durée des symptômes (fièvre, céphalées, asthénie, courbature),
  • la persistance d’une asthénie marquée après la phase d’état

Sources :

– Arrêt maladie : démarches à effectuer pour le salarié, Service-Public, 7 juillet 2022

– Arrêt de travail Grippe saisonnière, Assurance Maladie, juin 2014


Source : JDF Santé