Angoisse de morcellement : âge, symptômes, schizophrénie ?

Définition : c’est quoi l’angoisse de morcellement ?

L’angoisse de morcellement, aussi appelée angoisse de fragmentation, est une manifestation psychotique. « Elle correspond à la peur de voir son corps et/ou son esprit exploser, se fragmenter en 1000 morceaux, explique le Dr. Patrick Lemoine, psychiatre. Une personne schizophrène peut ainsi passer des heures à se regarder dans un miroir pour s’assurer que son nez n’a pas changé de place, que son oreille est toujours présente… « . Elle peut aussi avoir peur que ses membres et ses organes se disloquent. Cette manifestation psychotique touche 1 % de la population. La schizophrénie est souvent associée à l’angoisse de morcellement.

A quel âge apparaît l’angoisse de morcellement ?

« Elle se manifeste entre 15 et 35 ans, le plus souvent autour de 18 ans« , précise le Dr. Lemoine. 

Quelle est la cause de l’angoisse de morcellement ?

Elles sont multiples. « Cette angoisse étant très souvent en lien avec la schizophrénie, elle peut avoir une cause en partie génétique (on retrouve très souvent un membre atteint dans la famille), et est consécutive à un traumatisme subi durant la grossesse comme un virus ou un gros choc émotionnel, explique le psychiatre. Ainsi, si, en France, 1 % de la population est touchée, au Rwanda par exemple, 15 à 20 ans après la guerre qui les a frappées, 4 % de la population présentaient des troubles schizophrènes, du fait du stress intense que les femmes alors enceintes avaient vécu. Mais parfois l’angoisse de morcellement se produit lors d’une bouffée délirante aigüe qui est un épisode psychotique sans cause connue succédant à une privation de sommeil et qui peut être sans lendemain (1/3 des cas) ou bien signer une entrée en schizophrénie (1/3 des cas) ou en trouble bipolaire (1/3 des cas)« . Cette angoisse peut aussi apparaître à la suite de la prise de stupéfiants comme par exemple le LSD, les amphétamines, voire le cannabis.

Quelles sont les conséquences de l’angoisse de morcellement ?

Le niveau d’anxiété est très élevé. L’angoisse de morcellement peut être si terrifiante qu’elle est à l’origine de comportements inadaptés. « Les personnes qui en sont victimes ont tendance à se replier totalement sur elle, au point de n’avoir ni relations amoureuses, amicales ou professionnelles, indique le Dr. Lemoine. Elles vivent des lubies délirantes, ont des délires de persécutions, et peuvent devenir agressives envers les autres et/ou elles-mêmes ». 

Est-ce un signe de schizophrénie ?

« Cette angoisse doit en effet faire penser à une schizophrénie, assure le psychiatre. Elle en est même un des symptômes. Dès les premiers signes, elle nécessite une prise en charge adaptée« . Il faut cependant éliminer la prise de drogue ou la bouffée délirante.

Comment les parents doivent-ils gérer l’angoisse de morcellement ?

« Les parents et l’entourage ne peuvent malheureusement pas faire grand chose, d’autant que les délires de persécutions vécues par ces personnes se retournent très souvent contre leur famille, indique notre expert. Il est donc nécessaire de consulter au plus vite un psychiatre afin de mettre en place un traitement adapté. Celui-ci consiste en la prise d’un traitement à base d’antipsychotique couplé à une psychothérapie« . Cette solution thérapeutique est à prendre à vie car ce syndrome ne guérit pas, même si les progrès de la médecine permettent à ces personnes de mener une vie subnormale. Parfois, si la personne se montre très agressive, une hospitalisation peut être nécessaire voire une hospitalisation sans consentement.

Merci au Dr. Patrick Lemoine, psychiatre et auteur de « Et la fidélité bordel », Eds. Albin Michel, sortie le 11 janvier 2023.


Source : JDF Santé