Allergie à la transpiration : signes, ça se soigne ?

Quels sont les signes de l’allergie à la transpiration ?

L’allergie à la sueur – à proprement parler – n’existe pas. « Derrière ce terme d’allergie, on englobe en réalité plusieurs pathologies« , explique le Dr Louva Rakotonarivo. Parmi elle, l’eczéma exacerbé après transpiration, qui touche notamment  les enfants à peaux atopiques. « Il existe aussi la miliaire sudorale, où la sueur se trouve comme bloquée sous la peau après une exposition brutale à la chaleur mais aussi l’urticaire cholinergique, une forme d’urticaire provoquée par une augmentation de la température corporelle liée à l’effort, une émotion, une fièvre, une atmosphère confinée ou à un bain trop chaud, par exemple« , liste la spécialiste. A cela, s’ajoute l’urticaire aquagénique ou allergie à l’eau. « La personne réagit au contact de l’eau de son environnement mais aussi à sa propre sueur « , explique le Dr. La sueur peut également véhiculer certains médicaments ou produits de dégradation de médicaments : ce sont alors ces molécules qui sont responsables des manifestations allergiques.

Quelles sont les causes d’une allergie à la transpiration ? Une maladie ?

► L’eczéma atopique favorisé par la sueur survient pendant l’été. « Elle se localise au tronc et dans les plis de flexion où apparaissent des petits boutons et plaques rouges très prurigineux« , précise la dermatologue.

► La miliaire sudorale, dont il existe 3 formes – cristalline, profonde, rouge ou « bourbouille » – se caractérise par de petites lésions translucides à rouges, pas toujours symptomatiques, guérissant après desquamation.

► L’urticaire cholinergique se présente sous la forme de toutes petites lésions. « Ces lésions sont en relief et très prurigineuses. Elles sont disséminées sur le corps et s’accompagnent parfois de maux de tête et/ou de ventre« , détaille la spécialiste.

► L’urticaire aquagénique – quant à lui – se caractérise par « des plaques rouges fugaces en relief prurigineuses » sur les zones ayant été en contact avec l’eau et/ou les plis dans le cas d’une réaction à la sueur. L’excès de sueur au niveau des plis et des pieds peut entraîner « une macération des couches superficielles de la peau, favorisant la prolifération de microbes, bactéries et champignons« .

► Les mycoses se manifestent par des plaques rouges comportant des squames à leur périphérie. « Les ongles peuvent également être envahis« , précise le Dr avant d’ajouter que « la prolifération bactérienne peut prendre la forme de plaques couleur chamois à rouge vif selon le type de bactéries en cause« . 

Qui consulter ?

La dermatologue conseille d’en parler avec son pharmacien, dans un premier temps. « C’est un bon interlocuteur. Il pourra délivrer un premier traitement« . Il est également possible de se tourner vers son médecin traitant ou un dermatologue. 

Comment soigner une allergie à la transpiration ?

Les dermatoses liées à la chaleur s’améliorent une fois le corps refroidi. Selon la dermatologue, « les crises sont prévenues par l’éviction des facteurs déclenchants« . Les urticaires sont traitées par antihistaminiques. « Les miliaires sont de résolution spontanée. Les antiseptiques associés aux antibiotiques et antifongiques permettent de venir à bout des proliférations microbiennes« , complète la spécialiste. 

Merci au Dr Louva Rakotonarivo, dermatologue. 


Source : JDF Santé